Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DANS LES TENEBRES - AU REVOIR MONSIEUR PATY

On ne s'habituera jamais aux ténèbres. On ne s'habituera jamais à la barbarie.

"On ne s'habituera jamais à l'innocent qu'on tue"   A Samuel Paty (Gauvin Sers, chanteur compositeur)

Message de condoléances à la famille de Samuel, mort assassiné parce qu'il exerçait son métier d'enseignant et y croyait, tout simplement. 

Repose en paix Samuel,  

 

Au revoir là-haut, Monsieur Paty

(Depuis si longtemps que nous tentons d'éclairer les ténèbres, n'entendez-vous pas nos pas dans la nuit ?)

 

Je marche

Je ne veux rien montrer. Je choisis le noir. Le noir du voile qui recouvre 

ma tristesse

Je porte les mots noirs  des ténèbres

 un cri  inaudible

les mots  silence

                   Des mots je n'en ai pas  je n'en ai plus. Ils se sont asséchés, taris, noircis

Mots muets plus vivants que tous les mots 

Ce sont des mots qui ne veulent plus parler

de peur de peindre le mal

                    et qu'on ne le voit plus

 

Des mots sans couleur

Des mots muets

et sourds

             de peur qu'ils fassent plaisir à ceux

qui ont ...

mot couvert

par l'indicible 

              à cause des mots

ceux pour rire

ceux pour éclairer

ceux pour dire ou ne rien dire

               ils n'ont rien compris

au chagrin sans mot des hommes

qui ne pleurent pas

Celui-là  les disait les prononçait  les partageait

Et ceux-là

Ceux qui ont arrêté le vent des mots vivants

des mots des vivants

               ils n'ont rien compris

 

            Les mots je ne veux plus les prononcer

De peur de mentir

De peur de travestir

De peur de froisser

              De peur qu'ils ne s'en aillent

              ailleurs autrement 

 

De peur d'éteindre la possibilité

et d'étouffer le filament

de lumière

et de voix

              qui nous reste

 

A Samuel, enseignant d'histoire-Géographie au collège du Bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine,

Assassiné le vendredi 9 octobre 2020, en sortant du collège, parce qu'il a seulement voulu instruire.

De Laurence Marie Noé,

Enseignante d'Anglais et de Lettres, mais aussi fille de professeure de Français et d'instituteur de la République Française, tous deux passionnés et engagés auprès des jeunes.  

Nice le 21 octobre 2020,

 

Dans : Poèmes noirs de l'instant des ténèbres

Au-delà des mots, la lumière

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Carte postale de Nice, le 21 octobre 2020  (14 heures)  envoyée mentalement à Samuel Paty,

 

Au revoir Monsieur Paty,

A tous les enfants que tu as aimés et instruits.

Aujourd'hui, en remontant l'avenue qui va de la place Masséna à La Libération, le trottoir brillait plus ardoise que jamais. Mon regard fut attiré tout à coup par ce noir, lisse et doux comme une peau que la brusquerie d'un coup de vent  dispersa et découpa. Et ce fut  une longue trace de lumières éparses, des étoiles tombées du ciel. C'était la pluie des feuilles ciselées des platanes. Des morceaux de vies.

Des jaunes éclatants   virevoltaient. Ils se rassemblaient en tas ou se dispersaient en courant sous les pieds des enfants qui essayaient de les attraper dans leurs petites mains, sous le regard envieux de leurs frères ou de leurs soeurs plus jeunes, attachés contre leur gré dans leur poussette. Le ciel était d'un bleu soutenu, sans ombre, sans tache. Ce spectacle m'apparut charmant et pourtant je le trouvai cruel. Comment le soleil osait-il briller et crier si fort ?  On sentait comme une douceur qui réchauffait l'âme.

La vie continuait, je remonterais l'avenue aujourd'hui, demain, après-demain et  d'autres enfants rempliraient l'air de leurs cris joyeux et éphémères pour l'éternité.

D'autres enfants naîtraient  et toujours on se souviendrait.

Laurence Marie Noé, 

Photographies de l'instant (polaroïd)

_________________________________________________________________________________________________________________

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :