Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JE VOUDRAIS SIMPLEMENT (2) ...

Photo de couverture : un café à Monte-Carlo, prise par Laurence Marie Noé

Bonsoir à tous, 

Il pleut à Nice, ce soir. J'aimerais être assise à une terrasse, et regarder en l'air. J'observerais les formes que découperaient sur le ciel   un parasol vert et un immeuble de vingt étages au-dessus de ma tête.

Je vous avais laissé début avril avec ce début de phrase : "Je voudrais simplement" ... que vous pouviez compléter, ou illustrer par une métaphore, un dessin, une photo, un collage, un calligramme, un sonnet ....

Souvenez-vous, Cécile Coulon, commençait son beau poème-dialogue  par "je voudrais vous offrir des frites".

Je ne sais pas pourquoi cette phrase, que j'aurais pu entendre dans la rue, cette phrase m'a réveillée, étonnée, enchantée.  Il y avait quelque chose de connu, de familier que j'avais envie de lire et de suivre. Peut-être les mots "offrir" et "je voudrais"  qui s'ouvrent comme un parapluie sur une invitation et le mot "frites", court, sonore, et si réaliste, terre-à-terre. Et puis tout le monde aime les frites, et j'avais peut-être envie de frites lorsque j'ai lu son poème. J'ai lu la scène comme une séquence de film. C'est le début de quelque chose, ou peut-être de rien. Juste une rencontre  au bord d'un comptoir.

Cécile Coulon vous accroche dans ses "Ronces".

Je vous donne quelques titres de ses poèmes qui donnent envie de lire sa poésie :

- Les herbes sauvages

- Vivre dans les hautes lumières

- Tout va bien

- L'appartement

- Interlude

- Devant la maison

- Tes mains

Je vous donne le début de :

- Une lionne rouillée

Je suis restée là

calmement dans mon coin

je ne pensais pas

je ne croyais pas

faire autre chose qu'écrire des poèmes

et courir dans les bois ..

 

 

 

La porte du jardin à La Brigue (06)

La porte du jardin à La Brigue (06)

Je vous avais promis de pousser la jolie porte en bois, d'un jardin clos à La Brigue (06) et  d'écrire "un poème de l'instant", rien que pour vous, et qui se déroulerait ainsi :

Je voudrais m'asseoir tout simplement

et arrêter le cours

des gens qui courent

des gens qui regardent

de leurs regards vides

ailleurs

je ne les croise plus

Je voudrais m'asseoir

au Café Vivre

avec Chantal Thomas

Je porterais un chemisier

bouffant

fermé aux poignets

de nacre

et de dentelle noire

de Calais

Dans les premiers soirs doux

d'avril

je reconnaîtrais la fraîcheur de la nuit

et la voix de Chantal Thomas

qui parlerait du Marquis de Sade

et de Jean-Jacques Rousseau.

"J'errais, dans les vallons, je lisais,

j'étais oisif,  je travaillais au jardin,

je cueillais les fruits,  j'aidais au ménage

et le bonheur me suivait partout". (*)

Je ne sais pas si je voudrais de cette existence,

de cette errance.

Je voudrais simplement

m'asseoir au Café Vivre

Avec un chat sur les genoux

qui attendrait et attendrait encore

Qui ? 

je pourrais lire

son infinie patience

aux lignes de son corps

ses pattes de velours reposeraient

dans leur nonchalance

dans leur élégance

Je voudrais simplement

faire un herbier avec ma vie

Je voudrais simplement

m'asseoir près de vous

Nous ne dirions rien

Un livre de Chateaubriand

ouvert sur les genoux

Les Mémoires d'Outretombe

Nous lirions et nous nous enchanterions

des paysages bretons

et des  "franges d'une écume argentée" (**)

l'automne

à Combourg

"Après avoir marché à l'aventure,

agitant mes mains,

embrassant les vents

qui m'échappaient ainsi que l'ombre,

objet de mes poursuites,

je m'appuyais contre le tronc d'un hêtre". (**)

Je voudrais simplement

m'asseoir et écrire un poème

qui  parlerait de ce que je voudrais ...

 

Laurence Noé-Pécheur  (Nice, le 26 avril 2021)

Poème de l'instant

(*) Chantal Thomas   Café Vivre - Chroniques en passant

(**) Chateaubriand - Mémoires d'Outre-Tombe

Refermez la porte doucement derrière vous ? Envoyez-moi vos créations et laissez-moi vos commentaires !

J'aime m'attacher à mon clavier et mon écran pour essayer ... de vivre plus intensément. C'est le pouvoir de l'écriture et de la lecture. Cependant j'aimerais revenir à des instruments plus près de la matière ... c'est à dire que je "voudrais tout simplement"  sentir le crayon glisser sur le papier et le manger un peu au bout, vous savez ? Me salir les mains,  et écrire ainsi, penchée sur la table en bois de châtaigner, et dessiner et lire puis écrire à nouveau, et lire et dessiner et aussi marcher, marcher, marcher et sentir les aspérités du chemin sous les pieds.

 

Si nous sommes créatifs, que ce soit en cuisine, au jardin, à la maison, en amour, en amitié, ou dans un blog, alors nous ne sommes pas complètement enlevés à nous-mêmes ... et nous continuerons d'habiter ce monde ...

Bonsoir et à bientôt de retrouver vos commentaires.

 

 

 

Chantal Thomas

Chantal Thomas

Qui est Chantal Thomas ?

Chantal Thomas est née en 1945. C'est une auteure  que je suis régulièrement pour la beauté de son écriture, élégante et précise. Avec Chantal Thomas, on pénètre  dans les mystères de l'écriture, les interrogations qu'elle suscite, la curiosité qu'elle affine et aiguise.  On peut connaître, au sens de sentir, ce qu'est l'aventure d'écrire, dans son livre "souvenir de la marée basse",  livre sur sa mère Jackie,  et son plaisir de nager. C'est à la fois un livre sur la transmission  entre une mère et sa fille ,mais c'est aussi, une recherche d'écriture au plus près des sensations de l'eau comme élément de vie et de culture à Arcachon et à Nice.

Spécialiste du XVIIIème siècle, elle m'a appris que l'Histoire avec un grand "H",  ce sont aussi des histoires. En lisant "L'échange des Princesses", "Les adieux à la reine", on suit avec passion la vie des femmes du  XVIIIème siècle avec  ses étrangetés,  ses cruautés, et ses fantaisies.  

Par son écriture, Chantal Thomas nous rapproche des hommes et des femmes de ce siècle et transforme notre manière de les voir et de nous voir.

Chantal Thomas est aujourd'hui la dixième femme à occuper un siège d'académicienne. Elle occupe le siège de Jean d'Ormesson.

Les adieux à la Reine

Les adieux à la Reine

L'échange des Princesses

L'échange des Princesses

Voir les commentaires