Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ATELIER AMI : PLUME-DE-POETE-ET-SES-DEFIS N°273

Je vous propose à nouveau de participer à l'atelier d'Evy et de relever ses défis.

Aujourd'hui elle nous propose le thème de la danse, thème ô combien désiré. 

J'ai eu envie  de le relever, car la danse traverse mon blogue de part en part, au rythme des articles. En tant que geste inscrit dans un espace,  la danse impose un langage, une écriture, une musicalité,  une tonalité, et est l'un de mes motifs favoris.

Mais bizarrement  le défi d'Evy  a décidé aujourd'hui de me jouer un tour, de glisser et de m'échapper. Le sujet me résiste, je tourne autour, j'essaie de l'attraper au vol, de courir derrière, rien ... Comment vais-je  le tenir et le relever ?

Je remarque que j'emploie déjà des mots en rapport avec la danse : un tour (tourner), glisser, échapper (échappée), vol, courir ... Serais-je sur la voie ? Laissons les mots s'installer sans les retenir.  

Il est 16h40. C'est lundi

Je suis assise et mon corps est lourd

mes doigts collent au clavier.

Je me lève, prend un crayon, un cahier,

mon masque,

et je file à la plage.

 

 

DÉFIS N °273 : THÈME " DANSE " LISTE DE MOTS "

Défis n °273 : Thème " Danse " Liste de mots "
 

Evy organise chaque semaine un défi

Vous avez le choix dans la liste ci-dessous et la semaine pour le faire 

D'écriture, Poésie, Acrostiches, Citations, texte d'Auteurs, Haïku,  prose etc...

 

Vous pouvez rejoindre son blog :

 

Plume-de-poète-et-ses-defis

Les défis d'Evy              

De créa  d'image, de gif, de photo, peinture, dessin, Vidéo, musique Reportage etc...

Ayant pour règle un thème imposé

Où 10 mots

Ouvert du Dimanche au Dimanche  

Vous faites comme ça vous arrange

Même si vous dépassez la semaine

Un grand bravo aux participants 

Cette semaine le thème du 05/07/20 au 14/07/20

C'est " Danse "

--- Les 10 mots 

Lumière, Tourbillons, Remonte, Irrécupérable, œil, Pleurer, Installe, Pluie, Voyage, Instant... 

On peut conjuguer , mettre au pluriel ou singulier 

et ou féminin , masculin, ou féminin ou masculin...

 

 

Nice, balancement des vagues

Nice, balancement des vagues

Voici ma participation, 

 

 

                         Je m'installe sur les galets, clapotis des vagues

                                 Poème de l'instant et d'aujourd'hui 

 

Une pluie de lumières

Arrondit

le visage de la pleureuse

Enlacée par la vague

Dans une étreinte perpétuelle

Goûts salés,  eaux amères

Et amours  lasses.

Quelle est la raison de sa raison perdue ?

Pourquoi ces yeux noyés,

Galets inconsolables.

Chaque vague morte

Monte et remonte,

Et les vagues vont et viennent

Inlassablement, indéfiniment,

L'une après l'autre recommencée,

Berceuses mouvantes

De nos âmes vagues,

Tourbillons rapprochés de lumières

Rangs serrés qui toujours se resserrent

Emportant dans leur marche 

Irréversible,  inéluctable,

Le corps de celle qui dansait sur les nuages

Embrassée par la mer

Mais lassée des voyages

Laissée au balancement  

Telle une algue chevelue

Telle une Ophélie irrécupérable

"Flottaison blême, noyée pensive"*

Ainsi vont  les jours  s'épuisant

et plongeant  leurs yeux de soleil

Dans "le poème de la mer"*

Où l'Occident s'abîme et s'éteint.

 

Laurence Marie Noé    le 6 juillet 2020   Nice  (30°)

* Allusion au poème d'Arthur Rimbaud : Le Bateau Ivre

 

 

Voir les commentaires

L'ECRITURE CURSIVE, UN TRESOR DE BIENFAITS AU QUOTIDIEN

Photo de couverture :  "Bruit originaire" de Charlotte Pringuey-Cessac  (MAMAC de Nice - Décembre 2019)

Ecrire c'est saisir au vol des pensées-plumes et apercevoir le monde

Laurence Marie Noé

Châteauneuf-Villevieille, ruines et paysage déchiré dans les Alpes-Maritimes.

Châteauneuf-Villevieille, ruines et paysage déchiré dans les Alpes-Maritimes.

 

Le plaisir d'écrire à la main, de former les lettres, les mots écrits dessinent le fil conducteur de la pensée.   A vos crayons !  Ecrivez comme vous dessinez, pour écrire tout simplement. 

 

 
Voici pourquoi il faut réintroduire
l’écriture cursive à l’école

L’enseignement de l’écriture cursive – en lettres attachées - n’est plus à la mode dans de nombreux programmes scolaires. Les anciennes générations sont parfois choquées par l’incapacité de certains jeunes de signer un document officiel ou même de lire une note manuscrite.

Certaines provinces canadiennes observent un déclin de l’enseignement et de l’apprentissage de l’écriture cursive. En Ontario, par exemple, cet enseignement n’est plus obligatoire, quoique les enseignants soient libres de l’inclure.

Cela reflète une tendance lourde, qui consiste à privilégier la communication plutôt que de se concentrer sur l’enseignement et l’évaluation de l’écriture à la main en tant que telle.

De la maternelle à la neuvième année scolaire, le curriculum en Alberta stipule que les étudiants y apprennent à « écouter, parler, lire et écrire ». Il envisage également des résultats qui requièrent l’écriture, comme la capacité d’établir des liens entre des idées. Mais le curriculum n’impose pas d’évaluation des capacités d’écriture. Bien que la nouvelle ébauche du curriculum albertain de 2018 fasse mention de l’écriture cursive, elle n'est pas identifiée comme une compétence.

Au Québec, la majorité des élèves de l’école primaire apprennent actuellement l’écriture script en 1re année et l’écriture cursive en 2e année.

Au-delà de la nostalgie pour l’âge pré-numérique, il y a de bonnes raisons de réintroduire l’écriture cursive à l’école. Ayant mené, avec d’autres experts, des études sur la corrélation entre écriture et littératie, j’ai découvert que le fait de développer sa maîtrise de l’écriture manuscrite, de façon à ce qu’elle devienne automatique, joue un rôle important dans la littératie. L’écriture, c’est également un élégant témoignage de l’aptitude humaine pour la littérature écrite, et un symbole inspirant de la force unique de la parole.

Est-ce trop difficile?

Dans notre monde de culture numérique, certains pourraient croire que l’apprentissage de l’écriture est sans intérêt et gaspille un temps d’apprentissage précieux. Mais frapper la touche « d » sur un clavier ne relève pas du même processus mental que de la coucher sur papier. Taper sur un clavier peut attendre.

Pour certains, l’écriture cursive semble être démodée et faire partie d’un certain nombre de polices d’écriture désuètes et trop dures à maîtriser, avec ses pleins et déliés difficiles pour les muscles des petites mains ainsi que pour la mémoire visuelle.

Mais écrire n’est difficile que si ce n’est pas automatique, et par conséquent inscrit dans la mémoire à long terme. Les recherches en cours en neuroscience soulignent l’importance du développement de compétences automatiques, ce que les psychologues en éducation appellent le la charge cognitive.

Ce que nous avons appris du domaine des sports et des arts du spectacle souligne l’importance d’acquérir des connexions neuronales qui permettent la fluidité du mouvement. C’est la même chose avec la lecture et l’écriture : ce qui nous permet de libérer notre créativité ou d’interpréter les éléments d’une histoire est lié à notre capacité d’écrire de manière automatique.

Le manque de maîtrise

C’est à partir de la 4ème année du primaire que les exigences cognitives s’accélèrent brusquement : les élèves doivent « livrer » vite et mieux. Or, ceux qui sont capables d’écrire couramment ont une plus grande capacité de mémoire qui leur permet de planifier, d’organiser, de réviser et de récupérer un vocabulaire sophistiqué.

Mes collègues et moi avons réalisé une étude auprès de 250 élèves de quatrième année dans une école en Alberta. Nous avons constaté que seulement près de la moitié avaient atteint le niveau requis d'apprentissage en écriture.

Leur capacité d’écriture était insuffisante pour communiquer la complexité du vocabulaire et des idées à laquelle on s’attend d’élèves de quatrième année. La plupart des élèves disposaient d’un vocabulaire à l’oral qu’ils étaient incapables de transférer sur une page. Leur inaptitude à atteindre le niveau d’expression requis à ce stade de leur scolarité est associé à un phénomène que les chercheurs nomment le « marasme de quatrième année », une baisse des résultats dont les élèves risquent de ne pas se remettre.

Améliorer les résultats de littératie

Les écoles peuvent faire mieux, en commençant tôt. Il ne s’agit pas seulement d’enseigner l’écriture cursive, mais aussi de mettre plus d’accent sur toutes les écritures imprimées, l’épellation et le développement de la dextérité. Cette approche est essentielle pour établir les bases de la littératie entre la maternelle et la troisième année.

Si l’on souhaite atteindre de meilleurs résultats académiques en quatrième année, il faut, sur la base de ces compétences acquises plus tôt, enseigner aux jeunes élèves à attacher leurs lettres de façon à obtenir une écriture lisible et fluide.

Steven Graham, un expert de l’éducation spécialisée, de la littératie et de l’écriture à l’université de l’État de l’Arizona, suggère de commencer par enseigner l’écriture manuscrite traditionnelle pour ensuite passer à ce qu’il appelle l’écriture mixte principalement manuscrite, où l’élève apprend à écrire avec un trait continu.

De même, l’experte en alphabétisation précoce Sibylle Hurschler Lichtsteiner donne l’exemple d’une transition entre lettres manuscrites et lettres attachées. C’est une évolution naturelle, avec un soutien académique, du style initial d’écriture des enfants de 2ème et 3ème année du primaire. Une fois que les jeunes enfants ont intériorisé mentalement ces formes de lettres, ils peuvent, avec un peu de pratique, généraliser et reconnaître divers types d’écriture cursive.

Le pouvoir du crayon

Il existe des témoignages sur le pouvoir de l’écriture cursive. Le film Il faut sauver le soldat Ryan a rendu célèbre l’histoire de la lettre à Mme Bixby écrite à la mère de garçons tués durant la Guerre de Sécession. Bien que les historiens ne s’entendent pas à savoir qui est l’auteur de cette missive, le président américain Abraham Lincoln ou l’un des membres de son entourage, l’intérêt soutenu qu’elle a suscité au fil des ans témoigne de l’importance de l’écrit manuscrit, qui permet d’exprimer sa personnalité et son attention tout en frappant l’imaginaire.

De nos jours, c’est la plus jeune lauréate jamais récompensée par le prix Nobel, Malala Yousafzai, qui nous le rappelle :

Si la reconnaissance mondiale de Yousafzai est d’abord le fruit de son blogue, c’est dans son livre Le crayon magique de Malala qu’elle établit une connexion entre l’élégance et la qualité de l’écriture d’un enfant et sa puissance d’agir.

L’écriture de Yousafzai est désormais symbolique de son plaidoyer. Elle démontre la force de l’apprentissage de l’écrit, sa relation profonde à l’identité humaine, et son pouvoir de rappeler au monde la puissance d’agir pour le bien. Bien avant elle, c’est la jeune Anne Frank qui en a fait de même dans son journal.

Nous handicapons nos enfants en faisant abstraction du savoir de ceux qui nous ont précédés. Ceux qui apprennent à épeler et à écrire de manière lisible et fluide seront mieux outillés pour s’exprimer avec confiance et surmonter les petits irritants, comme la perte de courant d’un objet numérique.

Il est grand temps de remettre l’écriture cursive au curriculum à travers le Canada.

* * * * *

Ce texte est d'abord paru sur le site franco-canadien de The Conversation. Reproduite avec permission.

L'ECRITURE CURSIVE, UN TRESOR DE BIENFAITS AU QUOTIDIEN
 
Il faut écrire, mais dessiner aussi
Dans une récente lettre aux lecteurs parue dans Le Soleil, M. Yvan Giguère fait l’apologie des grandes vertus libératrices de l’âme par l’écriture, nous permettant de nous découvrir et de cerner les grandes valeurs de la vie : la dignité humaine, le respect, la solidarité, l’harmonie, l’équilibre partout.

Il y a également le langage visuel et son immense potentiel à explorer. La couleur et ses nuances et ses contrastes et ses textures traduisant les grandes et les petites lumières émanant de la vie observée par l’artiste sachant la lire avec vive observation et profonde intuition pour en dégager une vision personnelle. C’est par le geste spontané, libre, authentique que l’artiste nous parle, nous surprend, nous interroge et nous invite à explorer le mystère de la création prenant racine dans cet élan spontané et naïf de l’enfance et toute son amplitude d’innocence.

Il faut aussi dessiner ou réhabiliter ce plaisir de jouer avec la ligne et la couleur pour retrouver notre premier contact avec la vie...

Douglas Beauchamp, Québec

 

 

 

Voir les commentaires

MON ATELIER PREFERE : ECRIRE ET FAIRE ECRIRE

A pied, le long de la côte, Nice (lumière d'hiver)

A pied, le long de la côte, Nice (lumière d'hiver)

Envoyez vos productions à  mon adresse : plauranice@gmail.com ou bien remplissez l'adresse de votre propre blog et contenant votre création,  en commentaire.

Vous pouvez écrire en français, anglais, espagnol, italien et même allemand ... ou une autre langue dans laquelle vous aimez écrire.

 

Mon atelier préféré, c'est celui que je n'ai pas encore en tête. Je lis, j'écoute, je vois,   mon chemin sinue, fait des détours et des méandres. L'atelier se trouve au carrefour de nombreuses voies. Il me faut choisir la matière de mon prochain atelier à partir de ce que j'ai lu et relu, vu, touché, senti, vécu.

Les ateliers ne se périment pas. Ils voyagent au gré des lectures, des promenades  à pied, dans la ville que j'habite, Nice. Je vagabonde dans les rues, les parcs et les collines et cueille des mots, parmi les expériences diverses qui se présentent. Mais ils restent une errance, une recherche au jour le jour, pas après pas.

Ainsi les ateliers sont toujours d'actualité et vous pouvez choisir celui qui vous convient le mieux, sans tenir compte des dates. Les dates servent seulement à situer les articles en référence aux ateliers. Vous pouvez également produire plusieurs textes, à des dates différentes. Ce qui est important c'est que vous commenciez une production écrite. La forme d'expression est libre :  poèmes-images (calligrammes), collages, dessins,  mixage de différentes techniques, sonnets, prose. Envoyez des productions courtes.

Essayez les différentes formes d'expression et choisissez la  en fonction de ce qui convient le mieux pour mettre en valeur ce que vous voulez écrire,  partager.

Je conçois l'atelier comme une rencontre avec soi-même et avec les autres, comme une recherche.  Chaque écriture (mots, attitudes du corps, dessins, résonances, tons, nuances, couleurs, pleins et déliés) nous constitue et est le reflet de notre personnalité. L'écriture n'est pas obligatoirement introspection,  analyse de soi. L'écriture est signe, sens, direction, spontanée ou pesée. Elle n'a d'autre but en soi que de se faire écriture.  Il en est de même pour la lecture, chaque lecture trace un  chemin qui fera sens au fur et à mesure que le temps passe, et que pas après pas, un chemin  se dessinera.

Le souffle, le rythme, le mouvement sont perceptibles dans l'écriture et lui donnent naissance. Faites confiance à votre souffle, à votre inspiration (respiration). Le corps est aussi engagé dans l'acte d'écrire.

Le souffle, origine de la création.

Voir les commentaires

MON ATELIER PREFERE : L'ELOGE DES VAGABONDES (6)

Vous avez pu remarquer, que à chaque article de lecture, correspond un atelier d'écriture, car la lecture traverse mes écrits et  certains auteurs déclenchent chez moi des envies d'écriture,  

Je vous invite à vous reporter à l'article  : L'ELOGE DES VAGABONDES,  dans la catégorie : les chemins de l'écriture.

 

Les lectures ont pour effet de me plonger dans la musique des mots, leur rythme, qui  peut-être vous inviteront également à danser avec eux, et à suivre votre propre musique, votre propre ton (triste ? mélancolique ? doux ? violent ? professoral ? humoristique ?  poétique ? coloré ? ....). Le ton forme avec le rythme une infinité de variations, correspondant à votre humeur du moment dont il est difficile de s'extraire. Je suis plutôt d'avis d'accueillir l'état dans lequel on se trouve plutôt que d'essayer de m'y opposer de toutes mes forces pour "répondre" à ce qui est proposé. C'est ce que j'appelle, les pensées-plumes, celles qui passent et vous entraînent -----------------------------------------------------------------------------------

 

 Atelier N°6 : Eloge des vagabondes

Réf.Article ELOGE DES VAGABONDES du 19/12/2019

- Atelier d'écriture et de lecture, à pied ou à vélo.

- Relisez l'article ci-dessus,

- Emportez avec vous un petit carnet, et un crayon pour prendre des notes avec des mots, des dessins. Cet atelier devient un moment vécu, pris sur le vif.

- Soyez attentifs au moment présent et cueillez les informations comme elles se présentent.

- Autorisez-vous à rêver le moment présent avec ce que vous êtes et dans l'endroit où vous êtes. 

Cet atelier, est un atelier d'écriture sur le vif, ce n'est pas un atelier qui fait appel à la mémoire, au souvenir. Cependant, toute réalité observée dans le présent peut faire écho à un moment vécu joyeusement ou douloureusement dans le passé.

L'écriture est un perpétuel balancement, un perpétuel mouvement entre ce que nous sommes aujourd'hui, là et maintenant,  ce que nous étions et avons été, et en même temps  ce que nous sommes et peut-être, serons.

- N'oubliez pas de m'envoyer vos créations à plauranice@gmail.com ou bien en commentaire au bas de chaque article.

--------------------------------------------------------------------------

Un grand merci à toutes les danseuses et danseurs "étoile" de l'Opéra de Paris. Le travail d'écriture et de lecture peut s'apparenter au travail à la barre, qui demande une discipline de fer, proche de la foi, pour atteindre paradoxalement une grande liberté et une grande légèreté.

Voir les commentaires

MON ATELIER PREFERE : ATELIER LIBRE (5)

La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix (1830)

La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix (1830)

                        Atelier N° 5 : Ecritures libres

Réf. APRES QUELQUES SEMAINES D'EXISTENCE du 11/12/2019

- relisez l'article ci-dessus  (lien ci-dessous)

 

http://liretecrireavecplaisir.com/

 

- L'écriture étant une expérience, une expérimentation, je vous invite à écrire quelque chose, votre seul but étant de tendre vers une pratique régulière.

 

- Le thème est la liberté : alors qu'évoque-t-elle pour vous ?

- Ecrivez des fragments, faites des collages de petits morceaux, de quelques lignes. Arrangez-les par découpages-collages sur une page.

- Le thème est la liberté : alors qu'évoque-t-elle pour vous ?

- Vous pouvez reprendre un atelier précédent, une lecture que vous aimez, cherchez ce qui peut vous amener à écrire la première phrase. 

- Si vous n'avez aucune idée, choisissez des mots que vous aimez, qui vous évoquent la liberté, qui vous inspirent et essayez de les relier entre eux.

- Envoyez-moi  vos créations par mail ou dans le commentaire.

- Si vous écrivez un blogue, mettez le lien dans le commentaire.

- N'oubliez pas que mon blogue se veut vagabond, errant, curieux, ouvert. Toutes les sensibilités sont bienvenues, toutes les formes sont possibles y compris les dessins ou les vidéos.

- Le thème est la liberté, donc choisissez une forme libre pour l'exprimer.

- N'oubliez pas non plus qu'il est cette place au milieu du village où nous nous réunissons pour bavarder à l'ombre d'un tilleul bienfaisant, comme celui de  Gorbio, dans les Alpes-Maritimes. Il est ce banc sous le tilleul qui recueille toutes nos tendresses, nos découvertes, nos espoirs et nos chagrins sans craindre le jugement des autres.

-------------------------------------------------------------------------

Le monde d'Etienne Daho, sa nostalgie, sa liberté de jouer avec des mots qui s'entrechoquent, se croisent, se contredisent. Est-ce l'hiver en été ?

Voir les commentaires

MON ATELIER PREFERE : LES ECLATS DE L'AUBE (4)

Atelier N°4 : Ecritures et éclats de lectures

Réf. article ECRITURES ET ECLATS DE LECTURES du 8/12/2019

- relisez l'article ci-dessus (lien ci-dessous)

 

http://liretecrireavecplaisir.com/

- Lisez un poème  à voix haute  par exemple, le poème Aube d' Arthur Rimbaud,  in "Illuminations", terme anglais qui signifie  "gravures",  "enluminures" -  En 1874, Rimbaud est en Angleterre.

- Lisez, relisez, variez vos dictions, rythmez, slamez, chantez ce poème.

- Fermez le livre, fermez les yeux, rêvez un moment. Ecrivez ce qu'il vous vient à l'esprit, quels éclats ont ensoleillé votre imaginaire ? 

- Vous pouvez choisir un autre poème, ou texte. Mais suivez cet exercice de lecture à voix haute ... Inspirez, et inspirez-vous ... et respirez votre écriture, laissez la vagabonder. 

- Envoyez vos créations (entre 5 à 20 lignes/vers/prose).

Je vous dévoilerai ma propre création, basée sur cette lecture (Aube de Rimbaud) dans "mes poèmes de l'instant".

 

 

Aujourd'hui, samedi 13 juin, il pleut abondamment sur Nice., des gouttes lourdes, serrées, sonores.

Comme promis, je vous livre ce poème (écrit dans l'instant de l'aube). J'ai suivi mes propres conseils et me suis imprégnée, imbibée de ce moment  offert par Rimbaud, en le lisant et en le relisant, à voix haute, puis en silence ... Puis j'ai fermé le livre et j'ai laissé venir à moi les mots et les images : Doux moment de méditation.

                        Eclats de l'aube (ou) Lueurs de l'Aube

                                 (ou) Bribes de l'aube

 

J'ai contemplé l'aube enlacée dans sa robe de voiles et ses couleurs de cernes. J'ai senti ses paupières lourdes qui ne quittaient pas les ombres de la nuit aux pieds des coteaux. Par les chemins je l'ai cherchée. Je l'ai trouvée,  elle dégrafait un à un les points du jour qui la retenait prisonnière dans leur corset de cuir.  Elle répandait son haleine douce et ambrée, et jetait des regards d'étincelles, égarés. Les clochers et les marbres des  frontons se répondaient et tissaient leurs fils de lumière.

Je voulus l'enlacer à mon tour et la tenir dans mes bras. Elle s'évanouit aussitôt, me laissant seule au bord du jour .

             Laurence Marie Noé in "Poèmes de l'instant"        

             Nice le 13 juin 2020

 

"Je veux peindre ce qui ne se voit pas" Zao Wou-Ki

"Je veux peindre ce qui ne se voit pas" Zao Wou-Ki

https://www.lofficiel.com/art/zao-wou-ki-peindre-ce-qui-ne-se-voit-pas-le-souffle-la-vie-le-vent

Voir les commentaires

MON ATELIER PREFERE : L'ATELIER-PLUME (3)

Atelier N°3 : L'atelier-plume

 

 

Réf. L'ESPRIT VAGABOND du 15/11/2019 et l'ATELIER-PORTATIF  du 18/11/2019

- Relisez les deux articles ci-dessus (liens ci-dessous)

 

http://liretecrireavecplaisir.com/
http://liretecrireavecplaisir.com/

(A la fois plume pour écrire, et légèreté du propos),  c'est-à-dire sans apporter de véritable intention, mais en saisissant les mots et les idées au vol.

- Observez le monde réel autour de vous avec tous vos sens en éveil : la vue, l'ouïe, le toucher, l'odorat, le goût.

- Prenez des notes. Vos observations sont libres, elles peuvent devenir sélectives, concentrées sur un objet, un détail, ou sur l'ensemble et sur  l'écho qu'elles produisent en vous-même. Ne cherchez pas à mettre du sens, à interpréter, faites-vous léger (légère) et passif (passive)  comme une anémone de mer au gré des courants.

- Concentrez-vous sur  cette tâche et à ce que vous voyez (sans chercher à faire de belles phrases, à avoir un style).

- Revoyez l'exemple donné dans cet article.

- Observez ce que vous avez écrit. Qu'en pensez-vous ?           

 

 

Et voici l'exemple que je vous donne  :

Ce petit poème,(poème plume) a été écrit dans le bus à Nice (ligne 1), Avenue Malausséna, le 24 septembre 1982. Il faisait encore chaud, le bus avançait lentement, quand j'ai aperçu une femme à une fenêtre.

Et je regardais la solitude

Penchée à la fenêtre

Au teint de couperose

Bras replié en dedans

Sur une serviette rose

 

 

--------------------------------------------------------

Voir les commentaires

MON ATELIER PREFERE : LOUISE BOURGEOIS (2)

   ATELIER D'ECRITURE N° 2

Réf. article UN REVEILLON AVEC LOUISE BOURGEOIS du 18/01/2020

et COMMENT LES MOTS VIENNENT AUX HOMMES du 29 janvier 2020

Qu'est-ce qu'écrire ?

- Relisez l'article ci-dessus (liens ci-dessous).

 

http://liretecrireavecplaisir.com/
http://liretecrireavecplaisir.com/
 
 
 
 
 
Je vous propose aujourd'hui un atelier un peu différent, qui est à la fois méditation et pensée -plume. Il vous faut pour cela vous accorder un moment de calme.

- Qu'est-ce qu'écrire ?  

  L'écrivain Christian Bobin dans l'Homme-Joie confie :  

"Ecrire, c'est dessiner une porte sur un mur infranchissable et puis l'ouvrir"

ou bien cette phrase avec laquelle vous pourriez  saisir une belle pensée-plume (comme celles de Louise Bourgeois) : 

"C'est alors que je me rendis compte de l'état d'abandon de mon lit, déserté et défait, dans son rectangle parfait ..." (L.M. Noé) dans l'article  UN REVEILLON AVEC LOUISE BOURGEOIS  - NEW YEAR'S EVE

Je vous rappelle également les mots de Merce Cunningham , grand chorégraphe américain, dont le chemin de création est extrêmement précis, comme mathématique. A la question "Why do you dance ? Do you want to express  something, or a feeling or a story ?" il répondait :"I just do it and that's all."

Comme Merce Cunningham avec la danse, pratiquez les mots, l'écriture, la lecture, expérimentez, goûtez, observez le plus régulièrement possible.

Ecrivez et c'est tout (en français, en anglais, ou en espagnol, italien, allemand).  

Soyez dans votre écriture, soyez votre écriture !

Envoyez-moi vos créations (collages, fragments, pensées-plumes) à plauranice@gmail.com ou bien donnez l'adresse de votre blog avec vos écrits dans les commentaires.

Voici ma propre création, avec sa traduction en anglais  (J'observais mon lit et saisissais au vol les pensées-plumes (comme Louise Bourgeois, sans essayer de les transformer) :

Réveillon du Nouvel An 2020

Je vois mon lit défait

chaud de la nuit

Pâle et plein de rides

Un chat y sommeille

Il se met en coussin

Les vibrisses en alerte

A tous les silences

Qui traversent

buissons épineux

Le jour qui pointe son nez humide

Tout replié

Tout ramassé

Tout en lui-même

Tout en écoute

En attente de rien

Il respire pourtant

Tout en-dedans

Tout en-dehors

Un petit coussin,

Tout échevelé,

Qui monte et qui descend.

Le 31 décembre 2019 ,  Nice  (poème de l'instant - une expérience de traduction - Sur la rive d'une année nouvelle)

I will continue in English and give a translation of  this poem of that very moment, in its platitude and triviality. However it is special and unique, and the color of it is quite nostalgic. It came like this ... and I didn't do anything to restrain it.

 

I can see my bed now

all messed up still

warm of the pale night

and deeply wrinkled

A cat is looking for a place to sleep

Like a pillow he is

all coiled up

His shrublike moustache

on alert

is listening to silences

Which pass through the daylight

 Shows its muggy nose

All withdrawn into himself

and all stocky

All within

All listening

And waiting for nothing

breathes though

All within

and all out of himself

A little hairy pillow

He was,

dishevelled,

that goes up and down.

Laurence Marie Noé (a poem of the instant - an experience of translation). On the shore of a new year.

 

Voir les commentaires

MON ATELIER PREFERE : LE SEL DE LA VIE (1)

                                                   ATELIER N°1

   LES MOMENTS DELICIEUX DE LA VIE QUOTIDIENNE

Réf. Article  LE SEL DE LA VIE   DE   FRANCOISE HERITIER

 

http://liretecrireavecplaisir.com/

 

- Relisez l'article en référence et lisez ou relisez le livre de Françoise Héritier, "le sel de la vie".

Le livre de Françoise Héritier nous invite à prendre la plume, tout simplement. Ce sera notre atelier d'écriture d'aujourd'hui, ou de tous les jours :  écrire une phrase, en une énumération, comme un  poème en prose en hommage à la vie. cet atelier peut convenir à tous les âges.  (10 lignes minimum, une page maximum).

(Voici un petit florilège, dans le désordre, de ces "moments fugitifs de grâce") :

- Ecrivez vous aussi, en une seule phrase, séparée par des virgules, les verbes qui décrivent le "sel de la vie".

C'est un exercice d'écriture savoureux.

Voici un passage tiré du livre de Françoise Héritier :

"Traverser une rivière à gué ou en sautant de pierre en pierre, écouter ruisseler l'eau d'un torrent préparer le thétrouver belles les éoliennes, détester l'atmosphère des soldesdonner rendez-vous au bout du monde mais dans un lieu très précis (et dans six mois) à quelqu'un qu'on aime et ne pas retrouver l'endroit,  manger un sandwich dans la ruecaresserêtre caresséembrasser"

... a vous maintenant ...

--------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

ATELIER AMI : PLUME-DE-POETE-ET-SES-DEFIS (1/268)

Aujourd'hui, je participe à un atelier d'écriture qui parait chaque semaine sur le blog : Plume-de-poète-et-ses-defis et qui s'appelle :

Défis - la plume d'Evy

Si vous souhaitez vous aussi participer à ces ateliers, connectez-vous à ce blog. C'est un blog très intéressant, très vivant car très participatif. Vous pourrez ainsi naviguer sur beaucoup de blogs autour de la création, de l'écriture et de la lecture.

Alors, à vos plumes, et cette fois-ci, relevez les défis d'écriture d'evy.

 

DÉFIS N °268 : THÈME " INSTANT ÉPHÉMÈRE " LISTE DE MOTS "

Défis n °268 : Thème   " Instant éphémère " Liste de mots "

J'organise chaque semaine un défi

Vous avez le choix dans la liste ci-dessous et la semaine pour le faire 

D'écriture, Poésie, Acrostiches, Citations, texte d'Auteurs, Haïku,  prose etc...

De créa  d'image, de gif, de photo, peinture, dessin, Vidéo, musique Reportage etc...

Ayant pour règle un thème imposé

Où 10 mots

Ouvert du Dimanche au Dimanche  

Vous faites comme ça vous arrange

Même si vous dépassez la semaine

Un grand bravo aux participants 

 

Cette semaine le thème du 31/05/20 au 07/06/20

C'est "  Instant éphémère "

--- Les 10 mots 

Assis, voir, Goutte, Brouillard, Parallèle, Vide, Sauvage, Monde,Imagination, Éphémère... 

On peut conjuguer , mettre au pluriel ou singulier 

et ou féminin , masculin, ou féminin ou masculin...

Evy

                                   Sans titre 

 

Il s'appelait Ephémère

Je l'avais posé tout au fond,

Avec son petit coeur

Là bien plié, bien tassé,

De mon sac.

Il pesait lourd

A chaque pas

Mon imagination s'agitait

Et voulait sentir le Monde

Sa beauté, sa fragilité,

Mais on n'y voyait goutte

Et le brouillard m'égara

et mes yeux s'égarèrent

Je fendis l'espace vide

Je pressai le pas,

Ma nature sauvage

Discernait des troncs parallèles

Noirs

Je fouillai au fond

Mes mains cherchèrent,

Il était là, bien assis,

Tout plié,  tout ramassé,

Je perçus sa peau dorée,

Et sa pierre autour du cou,

Et le temps, le temps

Qui souriait.

                               Laurence Marie Noé

                               Nice, le 6 juin 2020 - 17:00

             

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>